Notre vision

Depuis l’arrêt des quotas en 2017, notre modèle économique betteravier a totalement changé, il s’est mondialisé, la compétition s’est accrue, la profitabilité a été mise à mal. Le monde betteravier dans lequel on a vécu et travaillé durant de nombreuses années n’existe plus.

Aujourd’hui, notre challenge est de construire le monde betteravier de demain : celui qui va nous permettre de garder des usines à proximité de nos champs et de dégager le meilleur revenu possible avec nos betteraves.

Car, en dépit d’un contexte économique difficile la betterave reste une culture stratégique pour nos exploitations : excellente tête de rotation, c’est une culture de diversification dont les rendements progressent régulièrement grâce notamment à la génétique, et qui résiste mieux que d’autres face aux stress climatiques. De plus, notre terroir et notre savoir-faire sont reconnus comme étant les plus productifs d’Europe. On a donc intérêt à continuer à produire de la betterave dans nos fermes.

Pour cela nous voulons bâtir un nouveau partenariat économique avec Saint Louis Sucre, à travers une approche volontaire, exigeante, pragmatique, constructive et gagnant-gagnant. Telle est la démarche d’Avenir Sucre. Et ça marche !

Concrètement ?

Le prix des betteraves 2019, proche de 25€/tonne, payé par Saint Louis Sucre, est un prix que les planteurs n’osaient pas espérer il y a encore quelques mois. Ça prouve que le dialogue et le pragmatisme sont payants.
Le contrat 2020 sans transfert de propriété des betteraves : c’est une vision que partage Avenir Sucre car nous pensons qu’en tant qu’entrepreneurs, les agriculteurs ne doivent pas être privés de leur liberté d’action, ni être contraints de céder sans garantie leurs betteraves pour plusieurs années.

Le dialogue avec Südzucker : il a été amorcé dès le mois de septembre par une rencontre entre une délégation Avenir Sucre et les représentants des planteurs de la coopérative allemande SZVG, actionnaire majoritaire de Südzucker, au cours de laquelle Fred Zeller, directeur de la coopérative nous a reconnu comme interlocuteurs audibles.

Les discussions en cours avec Saint Louis Sucre : nous avons débuté les échanges sur les contrats 2021 et il est déjà acquis que tout comme en 2020, le contrat 2021 proposera un prix garanti. Une nouvelle avancée sera proposée : au prix de référence SZ4 sera substitué le prix de vente de l’Observatoire des prix de la Commissions Européenne; décision qui va dans le bon sens puisqu’elle est plus transparente (en effet, on peut suivre le prix de vente de l’Observatoire à tout moment).

Nous sommes convaincus que le sucre de betteraves à de l’avenir (n’oublions pas que plus de 80% du sucre est issu de la canne !). Avec des betteraves produites dans nos champs, en Picardie et en Normandie et transformées dans les sucreries de Saint Louis Sucre, on pourra répondre à la demande des consommateurs français !

*CRV : commission de répartition de la valeur
Nous rejoindre
Ce qui fera notre force, c’est le nombre de nos adhérents à l’OP Avenir Sucre. Si vous aussi, vous croyez au dialogue, rejoignez-nous ! Pour cela, nous vous invitons à laisser ici vos coordonnées.